*

Pratiques en commun de normes molles et rageuses

Le standard Unicode comme terrain vague

Pour qui? Pour plein de nous!

Comment Qunifier sa fonte ?

Quatre modes de fonctionnement

Læ QUNI gonflable

Proposer vos fontes Qunifiées

Pratiques en commun de normes molles et rageuses

Les fontes de cette typothèque proposent de nombreux glyphes (lettres mutantes, ligatures, éléments de symbiose) en addition au point médian et autres solutions régulièrement utilisées pour écrire et composer des textes inclusifs. Nos claviers ne contiennent pas (encore) les touches qui correspondent à ces caractères. Alors pour rendre utilisable cet arc-en-ciel de signes par touls, la collective Bye Bye Binary construit des pratiques en commun, des normes molles, rageuses et aux petits oignons, qui ensemble forment læ Queer Unicode Initiative (QUNI). Le QUNI permet de rassembler nos fontes, avec toute la diversité qu'elles contiennent, autour d'un même système d'encodage en vue de leur utilisation par un large public.

Exemple en Baskervvol

Le standard Unicode comme terrain vague

Cette grande prairie de jeux et d’expériences inclusives est aménagée à l’intérieur de la Supplementary Private Use Area-A (PUA-A) du très industriel Standard Unicode, centré sur l’alphabet latin. On n’a pas le choix, c’est le "leading standard” qui est utilisé par tous les téléphones, ordinateurs et logiciels qui nous entourent. Pour y injecter læ QUNI, on campe dans un bloc terrain vague en bordure, et c’est évidement la zone la plus cool. Nous nous sommes inspirés du Medieval Unicode Font Initiative (MUFI), un projet visant à coordonner l’encodage et l’affichage de caractères médiévaux écrits en alphabet latin.

Pour les dessinatrix

Pour dessiner des glyphes inclusifs dans des fontes, læ QUNI est construit autour de trois éléments-outils :

Quoi : la liste la plus complète possible des glyphes à dessiner.

les mettre : le tableau des point de codage Unicode qui y correspondent.

Comment les faire apparaitre (y accéder) : les fonctionnalités OpenType avec lesquelles équiper les fontes. Tout ces outils sont repris dans le tableau du QUNI.

Quoi - la liste des glyphes

La liste des glyphes reprend un maximum de glyphes qui ont été injectés par les typographes des premières fontes de la typothèque. Ce sont très largement des glyphes utilisés pour couvrir les suffixes genrés de la langue française. C’est une liste très ouverte qui comprend des formes de « base » (58), des formes « fondues » (pour inclure le s du pluriel, e.a.), des signes diacritiques et l'Acadam.

Où mettre ces glyphes

Le tableau des points de codage permet de savoir dans quelle case mettre quel glyphe. Le fait d’avoir choisi de profiter de la PUA permet d’avoir à la fois des noms de glyphes (exemple: eacute_e), utilisés entre autres dans les features OpenType, mais aussi des codes Unicode (U+….) utilisables dans les logiciels rustiques ou, dans certains cas, sur le web. En gros, cela permet d’être le plus largement compatible.

Comment accéder à ces glyphes

Les features OpenType permettent d’appeler les glyphes inclusifs grâce à un système de remplacements automatiques. Ainsi il suffit à l’utilisatrix de la fonte de rédiger en inclusif en utilisant le point médian pour appeler le glyphe adéquat. Par exemple é·e est automatiquement remplacé par le glyphe “eacute_e”.

Les fichiers

Tous les fichiers de référence sont versionnés sur notre dépôt gitlab.com/bye-bye-binary et téléchargeables ci-dessous.

Pour qui? Pour plein de nous!

Læ QUNI est développæ :

Pour que les utilisatrix des fontes puissent accéder et utiliser les glyphes inclusifves dans leurs textes d’une manière compatible entre différentes fontes. Voir notre page manuel.

Pour que les dessinatrix des fontes puissent poser les glyphes dans les cases Unicode communes.

Cases Unicode dans Glyphs

Pour que les mêmes dessinatrix des fontes puissent utiliser les fonctionalités opentype (features) déjà codées, ou ajouter les leurs selon une logique partagée.

Morceau de code de features Opentype

Comment Qunifier sa fonte ?

Qunifier (ajouter les glyphes inclusifs selon læ QUNI) une fonte est aisé. Nous avons identifié 58 formes de glyphes qui couvrent la plupart des besoins pour démasculiniser les suffixes de la langue française, que nous avons pour l’instant nommé « base ». Il suffit de les dessiner et de les ajouter à votre fonte selon l’encodage du QUNI (voir le tableau ci-dessus).

Pour l'écriture des features OpenType, téléchargez les fichiers d'exemples commentés et référez-vous au TABLEAU

Ce fichier documente les prérequis et l’écriture des features OpenType recommandées par la QUNI. Pour rendre ces features fonctionnelles dans votre fonte, il est nécessaire que la fonte contienne les 6 glyphes suivantes :

Les ē et Ē macron nous seront utiles pour marquer un rappel de l’accent grave dans les mots avec terminaison en ère comme boulanger·e → boulangēre ou ouvrier·e → ouvriēre.

Les features fonctionnent en cascade donc l’ordre dans lequel elles sont rédigées a de l’importance. Par exemple, on remplace d’abord les points médians en cohabitation avec des capitales par des points médians de capitales ‘periodcentered.case’ avant de lister des remplacement qui font appel à ce même ‘periodcentered.case’ (ex: sub A periodcentered.case E by A_E;)

Pour les terminaisons en ‘eur/rice’ nous avons opté pour une rédaction en eur·ice pour laquelle nous recommandons l’emploi d’une ligature r_i U+F4570 (et R_I U+F4470).

Nous préparons des tutos-screencasts pour qunifier votre fonte avec Glyphs, avec FontForge et FontLab!

Ici deux premiers screencasts FontForge :

Ici deux premiers screencasts côté Glyphs :

Quatre modes de fonctionnement

Nous avons répertoriés plusieurs modes de fonctionnement des fontes inclusives existantes.

Ligatures

Il y a deux possibilités de ligatures au moins. Les ligatures de base (onglet « base » dans le tableau du QUNI) s’opèrent entre deux caractères séparés par un point médian.
Exemple : x·s pour heureux·se

Les ligatures plus fondues (onglet « fondue » dans le tableau du QUNI) permettent des agglomérations de caractères.
Exemple : x·se pour heureux·se.

Les formes fondues permettent aussi d’agglomérer les formes au pluriel.
Exemple : x·ses pour heureux·ses

Exemple de quelques glyphes ligaturés dans la fonte Baskervvol Exemple de ligatures de plus en plus fondues dans la fonte Baskervvol

Formes alternatives non-binaires

Les caractères alternatifs isolés non-binaires sont conçus pour être utilisés hors des usages d’accord pour permettre un usage débinarisé de chaque caractère.
Exemple : un e retourné ou un x avec un dessin particulier. Ils permettent aussi l’usage de lettrines spécifiques.

Exemple de quelques glyphes alternatifs ə dans la fonte Combine

Signes diacritiques

Les signes diacritiques font partie de systèmes d’accentuation qui permettent de marquer les terminaisons genrées, comme des bornes indiquant le passage d’un genre à un autre.

Exemple de quelques glyphes avec diacritiques dans la fonte Adelphe - image à remplacer

Acadam

L’Acadam avec ses suffixes non-binaires permet de traduire un texte écrit en point médian en suffixes non genrés.

Exemple d’usage de l’Acadam dans la fonte Deliæ

Læ QUNI gonflable

Læ QUNI est prêt·e à de très nombreux ajouts, c’est une initiative blobesque. De plus en plus de fontes se font garnir de ces lettres additionnelles en mode QUNI. Chacun de ces glyphes s’est vu attribuer une valeur Unicode de la PUA-A et peut être enrichi de quinze variantes de dessin (alternate), et ça dans chaque fonte. L’initiative a des perspectives d’agrandissement, entre autres pour d’autres langues et systèmes d’écriture, puisqu’en tout ce sont 3496 cases qui sont disponibles pour y injecter de nouvelles propositions de glyphes, et 52440 variantes!

Le tableau de la PUA
Le système proposé pour les alternatives

Attention : le standard Unicode fonctionne en hexadécimal, pour respecter ce système de mesure il y a 15 variantes de dessins possibles derrière un glyphe dit parente (15+1=16). De cette manière, chaque Unicode d’un glyphe parent se termine par « 0 », tandis que la quinzième variante de dessin se termine par « F ». Nous allons donc de « 0 » à « F » comme ceci : U+F1000, U+F1001, U+F1002, U+F1003, U+F1004, U+F1005, U+F1006, U+F1007, U+F1008, U+F1009, U+F100A, U+F100B, U+F100C, U+F100D, U+F100E, U+F100F.

Proposer vos fontes Qunifiées

La typotheque est ouverte à toux, vous pouvez nous écrire et proposer vos caractères une fois Qunifiés par ici: typotheque@genderfluid.space